fbpx
esfr +51 997061990 info@inkajungletour.com

La biodiversité de la haute jungle péruvienne

Biodiversidad de la selva peruana

Nous avons appris en voyageant qu’il est difficile de parcourir tous les lieux et paysages qu’un pays a à nous offrir. En observant une carte tu t’apperçois qu’en privilégiant un itinéraire tu en exclues un autre. Il faut alors faire avec le sentiment de frustration qui t’anime dans ces circonstances. En voyageant, tu prends conscience que les pays sollicités sont beaucoup plus grands que tu ne l’imagines et que les apprentissages sur l’histoire, la culture et les traditions de ces pays  sont inépuisables. Nous prenons finalement conscience que nous avons choisi d’explorer le Pérou pour aller à la découverte du Machu Picchu, de Cusco, de Lima ou du lac Titicaca pour finalement décider, après avoir navigué sur internet, de porter notre attention sur la haute jungle péruvienne.

C’est ainsi que nous sommes traversé par une multitude de questionnements: Que recouvre la haute jungle péruvienne ? Où se situe-t-elle ? Quelles sont les activités à privilégier dans la région ? Quels sont les villages et villes qui doivent retenir notre attention  ? Toutes ces interrogations nous ont conduis à la prise en considération de lieux tels que Tarapoto, La Merced, Villa Rica, Pozuzo, Tingo maría, Moyobamba et Chachapoyas. Nous avons ainsi imaginé un itinéraire comprenant d’une part la jungle et toutes ses richesses naturelles, sillonant d’autre part les champs de café et les plantations de fruits exotiques. Nous avons finalement choisi d’aller à la découverte des lieux les plus captivants de la haute jungle péruvienne.

Il n’est pas toujours évident de respecter intégralement ce qui a été plannifié, la réalité pouvant être animée par des situations imprévues. C’est pourquoi nous établissons un itinéraire tout laissant une porte ouverte à l’émerveillement et aux situations d’étonnement. Dans cet article nous t’invitons à te laisser surprendre par nos aventures dans la haute jungle péruvienne et notamment à La Merced, à Villa Rica et à Pozuzo. Si toutefois tu souhaites te rendre dans le nord du Pérou, nous t’invitons à lire l’article sur les attractions du nord du Pérou.

Les caractéristiques de la haute jungle péruvienne

Ce voyage implique inévitablement de partir de Lima. L’itinéraire suivant est le notre et nous te l’indiquons comme option mais il faut noter qu’il en existe d’autres toutes aussi légitimes. Notre objectif étant bien évidemment de t’inviter à venir parcourir les lieux les plus fascinants de la haute jungle péruvienne.

Lima est une ville côtière qui ne se situe pas en altitude, ce qui nous a permi d’être épargnés des effets de l’altitude. Toutefois, certaines zones de la région considérée atteignent les 2000 mètres au dessus du niveau de la mer. C’est pourquoi nous nous sommes procurés du thé de coca et les fameuses “Sorojchi Pills”. Nous avons pris le temps nécessaire pour nous acclimater à l’altitude. Bien que la fatigue eut été quoiqu’il arrive au rendez-vous, nous avons pu soulager les maux les plus apparents tels que les maux de tête.

Nous avons eu très chaud puisque la température de jour atteignait les 30 degrés et que la zone était extrêmement humide. Cependant, dans certains endroits , les nuits furent particulièrement fraîches, impliquant de dormir à une température de 5 degrés. Heureusement, nous avions apporté des vêtements adaptés. La chaleur implique également d’avoir à portée de main de la crème solaire, des lunettes de soleil, un chapeau et éventuellement du baume à lèvre.

Les moustiques ont également fait partie du voyage, si bien que nous nous  sommes habitué à leur compagnie. C’est pourquoi il est essentiel d’avoir à portée de main de l’anti-moustique et d’être vacciné contre la fièvre jaune. Pour notre part, nous nous sommes fais vacciner avant d’arriver au Pérou. Le carnet de vaccination est parfois nécessaire pour se rendre dans certains lieux. Ce carnet est ainsi tout aussi important que le passeport.

Nous avions également apporté des chaussures confortables, un imperméable de pluie et un maillot de bain. Enfin, nous faisions en sorte d’avoir de l’eau toujours sur nous.

Le tourisme  dans La Merced 

La Merced fut notre première destination au sein de la haute jungle péruvienne. Le trajet en car en partant de Lima dura environ 8 heures. Cette ville est occupée par environ 20 milles habitants et la température moyenne est de 23°. La Merced se trouve au bord du fleuve Chanchamayo devenant ensuite le fleuve Perené, bassin du fleuve Amazonas. Il se situe à 800 mètres au nord-est de Lima. La zone fut habitée par les peuples indigènes Piro, Amuesha et majoritairement asháninca jusqu’à qu’ils soient déplacés pendant la colonisation.

Dans cette ville, le paysage est totalement différent. Nous sommes passé d’un littoral extrêmement aride à la jungle dense et humide. Après avoir parcouru la place centrale et sa somptueuse église, nous sommes allé au mirador Cerro La Cruz. Nous avons également visité le Parc zoologique Gallito de las Rocas. La ville est bordée par des cascades et le fleuve où nous avons l’opportunité de nous rafraichir. Se sentant bien dans cette ville, nous avons pris la décision d’y poser nos valises pour quelques jours.

La ville du café: Villa Rica

Après avoir passé quelques jours à La Merced, nous avons longé le fleuve Chanchamayo dans un transport collectif pour rejoindre Villa Rica. Nous avons finis par dévier en direction de la montagne au moment où le fleuve s’appretait à s’abandonner dans la mer. Nous sommes finalement arrivés dans cette zone connue comme « la terre du café ».

Dans cette zone, l’altitude atteint les 1470 mètres au dessus du niveau de la mer. La température atteint quant à elle les 21°. L’humidité (89% en moyenne) est particulièrement intense, ce qui rendait la chaleur parfois insoutenable. En pleine jungle péruvienne, entre la Cordillère des Andes, la Cordillère orientale et le plateau amazonique, nous avons malgré tout resisté à l’humidité. La jungle haute s’étend de 750 mètres à 2068 mètres. Une des caractéristiques principales de cette région est sa variété géomorphologique marquée par des profonds canyons et d’immenses vallées où se développe une vaste diversité biologique. Nous avons pu admirer les élégants arbres de plus de 20 mètres de hauteurs. Nous nous sommes même laisser revêtir de cette brume matinale. Mais ce qui nous a le plus séduit, ce sont les fleuves silencieux par lesquels se laissent bercer toutes les petites embarcations de fortune.

A Villa Rica, nous avons eu l’occasion de faire de l’agrotourisme, ce qui nous a permis d’en apprendre davantage sur la production du café. Nous avons d’ailleurs eu la chance de croiser le chemin d’une grande enseigne de café. Nous sommes également allé au lac Oconal situé à 30 minutes de la ville. Nous avons également fait du trekking jusqu’à la Catarata El León situé à seulement 5 kilomètres. La présence des banques, des hôtels et des restaurants dans la région t’invitent à ne pas te préoccuper pour le confort de ton séjour. Pour notre part, nous sommes resté trois jours et deux nuits dans cette région avant d’entreprendre la destination suivante : Pozuzo.

L’Histoire de Pozuzo et de ses colonies austro-allemandes

A Pozuzo, nous avons été surpris d’apprendre que les deux langues officielles de ce villages sont l’espagnol et l’allemand. Fondée au milieu du 19e siècle par des colons autrichiens et allemands, Pozuzo est un village où vivent des communautés aborigènes. Parmi celles-ci, on retrouve les amajes, les amueshas et les vaneshas. Des vestiges de l’Empire Inca ont par ailleurs été retrouvé dans la région.

Dans cette région, le climat repose sur deux saisons majeures : l’été allant de mai à octobre et l’hiver allant de novembre à avril. La première étant une saison sèche tandis que la seconde se caractérise par de constantes précipitations. La température est agréable et il existe très peu de moustiques, ce qui a rendu notre séjour très agréable. Nous avons passé plusieurs jours dans cette ville où les coutumes et l’architecture européennes sont particulièrement présentes. Nous y avons acheté quelques objets artisanaux liant traditions ancestrales et modernité. Nous y avons également appris des danses européennes telles que la polka. Ce fut très divertissant.

Les plats typiques de la région auquels nous avons eu l’opportunité de gouter sont :  la soupe de albóndigas de arroz, la soupe de gallina con schitala (schitel suppe), le Butternockensuppe, le Brennsuppe (soupe de farine de maíz toasté), Frittatensuppe, les croquettes de viande, de saucisse (Wurst), Schiwel Wurst, Wiener Schnitzel, Gulasch mit Spatzeln, Strudel (enroulé de bananes), Schtraubalan (tortillas), les beignets, Käsekuchen (gateau de fromage).

Pozuzo est la dernière destination de ce séjour nous immergeant dans les richesses de la haute jungle péruvienne. Cette ville est accessible par un chemin de terre reliant Oxapampa à Pozuzo sur une distance de plus de 75 kilomètres. Lors de la saison des pluies, cette route n’est pas accessible. Dans tous les cas, il existe de nombreux transports collectifs faisant le trajet Pozuzo-Lima. Le trajet nous a coûté environ 150 soles. Des taxis peuvent également faire ce trajet pour une somme moins élevée.

Si tu es au Pérou et souhaite aller à la découverte de destinations moins touristiques, cet itinéraire au coeur de la haute jungle péruvienne est fait pour toi. Notre séjour a duré 10 jours mais il est possible de le faire dans un temps plus limité. Nous en gardons de merveilleux souvenirs.

Leave a Reply